Lettres choisies de la famille Brontë (1821 – 1855) – Collectifs

DSCN0173

Titre : Lettres choisies de la famille Brontë

Auteur : Collectifs

Traduction : Constance Lacroix

Date de parution : avril 2017

Editions : Quai voltaire

 

Présentation de l’éditeur : 

Si les œuvres des sœurs Brontë sont connues de tous, il n’en va pas de même pour leur correspondance, a fortiori en France où elle n’avait pas encore été traduite. Le présent recueil réunit plus de trois cents lettres de cette famille hors norme.
Celles de Charlotte à son amie Ellen Nussey ou à ses éditeurs londoniens, tantôt véhémentes, tantôt mélancoliques, sont d’une humilité extrême. Durant sa courte existence, Charlotte s’éloigne rarement de la cure de Haworth où elle veille tour à tour son frère et ses sœurs dans leurs derniers instants. De ces deuils, la jeune femme, qui ne place jamais l’art au-dessus de la vie, laisse des témoignages d’une grande pudeur.
S’ajoutent à cet autoportrait non prémédité les lettres de son frère Branwell, où transparaît la déchéance d’un esprit prometteur ; celles d’Emily, plus rares et d’une austérité caractéristique ; celles d’Anne, en forme de professions de foi ; et, enfin, celles de leur père, qui révèlent une tendresse et un humour inattendus, bien loin des traits sévères sous lesquels il est souvent dépeint.

Mon avis : 

Ce recueil réunit pour mon plus grand bonheur plus de trois cents lettres de la famille Brontë, principalement de Charlotte.

Ce livre étant très dense, j’ai pris le temps de découvrir et de savourer cette correspondance qui regorge de détails sur la vie et l’intimité de cette famille de renom.

Ces lettres sont pour la première fois traduites en français et sont classées chronologiquement avec un bref rappel du contexte évoqué au début de chacune de ces correspondances.

Cet ouvrage nous permet de découvrir une autre facette de cette famille et j’ai été rapidement immergée dans leur quotidien.

Charlotte m’a notamment marquée par son isolement et sa solitude à Hayworth dont la priorité est de veiller sur les siens. Heureusement, sa relation avec sa très chère amie Ellen Nussey, que l’on découvre par le biais de nombreux échanges, lui redonne le sourire même si les visites se font rares.

Figurent également dans ce recueil des lettres envoyées par Charlotte à son éditeur mais aussi des lettres écrites par Anne, Emily ainsi que par leur père.

Année après année, on vit au gré des événements heureux mais également malheureux qui traversent la vie de la romancière notamment avec la disparition tour à tour de son frère et de ses sœurs.

Les traits de la personnalité de Charlotte se dévoilent au fil des lettres et celle-ci apparaît très protectrice, mais également souvent mélancolique voire dépressive.

Un recueil épistolaire passionnant et très riche qui nous offre une autre vision de la famille Brontë, en particulier de Charlotte. Un ouvrage destiné à tous les amoureux de littérature qui donne envie de remettre le nez dans les célèbres romans des soeurs Brontë.

note 4

Merci aux éditions de la Table Ronde pour cette lecture!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s