Les jonquilles de Green Park – Jérôme Attal

DSCN0087

Titre : Les jonquilles de Green Park

Auteur : Jérôme Attal

Date de parution : juin 2017

Editions : Pocket

 

Résumé :

Londres, 1940. Chez les Bradford, le Blitz n’empêche pas la vie de continuer. Ni le père d’inventer des choses les plus farfelues (un tatou géant !), ni la mère de pédaler jusqu’à son usine en chantant sous les bombes, ni la sœur de tomber amoureuse, encore et encore, de Clark Gable… Quant à Tommy, 13 ans, il ne vit que pour rigoler avec les copains, se gaver de comic books, et considérer Churchill comme une sorte de Superman-sur-Tamise.
Noël approche, les sirènes hurlent. Reverra-t-il un jour fleurir les jonquilles de Green Park et, surtout, les si jolis yeux de Mila Jacobson ?

Mon avis : 

J’ai eu le plaisir de rencontrer et d’échanger quelques mots avec Jérôme Attal au Salon du livre de Vannes ce mois-ci. J’en ai profité pour lui acheter son roman tout juste sorti en poche qu’il m’a chaleureusement dédicacé et orné d’adorables gommettes. 

L’histoire de ce livre se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale à Londres alors que les bombardements se multiplient et font de plus en plus de victimes. Entre le rationnement et les soirées passées dans les abris, le quotidien des Londoniens est loin d’être gai.

Mais, malgré la gravité du sujet, Jérôme Attal nous embarque avec réussite dans un univers complètement à part, qui m’a fait sourire à maintes reprises.

A travers le regard de Tommy, un adolescent de 13 ans, on découvre ses journées où se mêlent les jeux avec les copains, les premiers émois avec la belle Mila, les bagarres mais également la vie en famille dont les liens restent soudés.

En dépit de la peur constante des bombardements, Tommy ne perd rien de son insouciance et c’est cela qui rend cette histoire magnifique. En effet, malgré les événements dramatiques qui touchent l’adolescent, la vie continue et le jeune garçon n’a pas dit adieu à ses rêves.

De plus, l’auteur nous livre ici une galerie de personnages aussi touchants qu’attachants et j’ai adoré passer un moment en leur compagnie. J’ai particulièrement apprécié le père quelque peu farfelu de Tommy qui ne vit que pour ses inventions ainsi que sa mère qui garde le moral en permanence.

Jérôme Attal a gardé son âme d’enfant pour notre plus grand bonheur. Il parvient avec talent à aborder un sujet dramatique avec tendresse et légèreté tout en gardant une part de lucidité.

Une histoire pleine de poésie et de fantaisie qui m’a touchée par le biais de ses personnages. Une très belle découverte!

note 4

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s