Tortues à l’infini – John Green

DSC_1468

Titre : Tortues à l’infini

Auteur : John Green

Date de parution : octobre 2017

Editions : Gallimard Jeunesse

 

Résumé : 

Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et son peut-être amoureux Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu. Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités…

 

Mon avis : 

Aza, une lycéenne, est tiraillée au quotidien par des troubles compulsifs. Vivant avec la peur constante d’une infection et obsédée par les microbes, la jeune fille tente de cohabiter du mieux qu’elle peut avec ce mal-être.

La manière dont John Green aborde les angoisses de cette adolescente est le gros point fort de ce roman. L’auteur est lui-même atteint de ces troubles et il s’inspire de sa propre expérience pour nous conter l’histoire d’Aza.

Le lecteur se retrouve ainsi dans la tête de l’héroïne et il est entraîné avec elle dans la spirale de ses pensées obsessionnelles qui l’envahissent en permanence.

Malgré des personnages un peu caricaturaux, je les ai trouvé attachants notamment Aza qui m’a beaucoup touchée. Les conséquences que sa maladie mentale engendre sur ses relations sont retranscrites ici avec justesse.

En revanche, je suis restée perplexe face à l’enquête mise en place par John Green concernant le milliardaire. Une intrigue qui m’a peu convaincue mais qui, heureusement, occupe une place mineure dans le roman.

Par ailleurs, la plume de l’auteur est toujours aussi fluide et prenante. L’auteur aborde avec simplicité cette pathologie et nous permet de mieux comprendre les souffrances liées à ces maux au quotidien.

On retrouve des thématiques chères au romancier comme celles de l’adolescence, de l’amour, de l’amitié ainsi que la perte d’un proche.

J’ai passé un agréable moment avec ce roman touchant et addictif qui évoque la vie d’une adolescente tourmentée par des pensées obsessionnelles. Malgré quelques petits bémols, j’ai dévoré ce récit introspectif sur la différence.

note 3

Publicités

7 réflexions sur “Tortues à l’infini – John Green

Répondre à mesechappeeslivresques Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s