La tomate – Anne-Laure Reboul et Régis Penet

DSC_0088

Titre : La tomate

Auteurs : Anne-Laure Reboul et Régis Penet

Date de parution : janvier 2018

Editions : Glénat

 

Résumé :

Dans un futur aseptisé et indéterminé, la société est hiérarchisée en trois classes sociales distinctes. L’alimentation est devenue entièrement réglementée par des multinationales. Ce sont elles qui produisent et fournissent tout ce dont se nourrissent les citoyens, si bien qu’il est devenu strictement interdit de cultiver ses propres semences. Aujourd’hui, pour avoir découvert des graines de tomate et avoir osé les faire pousser chez elle, une jeune femme est emmenée devant les tribunaux. Ceci est l’histoire de son procès.

 

Mon avis : 

Cet album nous entraîne dans une société futuriste, divisée en trois catégories sociales appelées cercles, où tout est sous contrôle et régit par des firmes privées. L’eau et l’alimentation sont rationnées par les autorités. On commande également son enfant en choisissant ses options.

Anne fait partie de la classe moyenne et travaille au service d’épuration d’objets. La jeune femme est chargée de détruire tous les objets du passé, des résidus qui nuisent à la société comme les livres par exemple.

Lorsqu’elle trouve un sachet de graines de tomate, elle choisit de ne pas le détruire et de faire pousser le plant chez elle en dépit de l’interdiction, en cachant son geste à son mari. Le récit s’ouvre sur le procès d’Anne qui expose aux juges les circonstances de son acte illégal.

2354_P10

Cette dystopie sort de l’ordinaire grâce à une intrigue surprenante et elle nous dépeint un monde futuriste tout à fait plausible. Cette société aseptisée qui a perdu toute son humanité est loin d’être réjouissante.

Si la lecture de ce one-shot s’est révélée intéressante, j’ai refermé l’album avec de nombreuses questions en suspens. On ignore notamment comment cette société s’est instaurée et pourquoi de telles règles ont été mises en place. D’autre part, j’aurais aimé en savoir plus sur ce qui a poussé Anne à agir ainsi.

Du côté graphique, j’ai trouvé l’ensemble réussi et les couleurs en concordance avec l’atmosphère froide du récit.

Un récit d’anticipation insolite qui nous dépeint un monde déprimant, inquiétant et oppressant. Même si j’ai achevé cette lecture avec quelques interrogations, l’originalité de l’intrigue m’a permis de passer un bon moment.

note 3

Publicités

4 réflexions sur “La tomate – Anne-Laure Reboul et Régis Penet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s