Chroniques oubliées #3

DSC_2694

Nouveau numéro du billet Chroniques oubliées qui me permet de faire un petit rattrapage sur toutes les lectures dont je n’ai pas encore eu l’occasion de vous parler.

CVT_Certaines-navaient-jamais-vu-la-mer_1721

Certaines n’avaient jamais vu la mer – Julie Otsuka

Résumé : Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Chœur vibrant, leurs voix s’élèvent pour raconter l’exil : la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l’humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l’oubli.

Mon avis : Au début du XXème siècle, des milliers de japonaises ont tout quitté pour aller vivre aux Etats-Unis et épouser un homme qu’elles ne connaissaient pas dans l’espoir d’une vie meilleure. Dans ce roman, leurs voix s’entremêlent et se rassemblent derrière le « nous » pour conter au lecteur leurs parcours multiples ainsi que leurs destins brisés. Un récit court, poétique et un impact puissant pour ne pas oublier ces femmes anonymes que l’Histoire n’a pas épargnées.  

note 4

********

75088866_14681116

Minute, papillon! – Aurélie Valognes

Résumé : Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

Mon avis : Lire un roman d’Aurélie Valognes est le remède idéal contre la déprime. Un récit léger, des personnages attachants et de l’humour, la recette fonctionne à merveille. Si le happy end est prévisible, la lecture n’en demeure pas moins touchante et j’ai passé un excellent moment avec cette histoire qui fait du bien. 

note 4

********

61+L7+75B0L._SX195_

L’habitude des bêtes – Lise Tremblay

Résumé : C’est le jour sans doute où un vieil Indien lui a confié ce chiot, Dan. Lorsque Benoît Lévesque est rentré à Montréal ce jour-là, il a fermé pour de bon la porte de son grand appartement vide. Ce n’était pas un endroit pour Dan, alors Benoît est allé s’installer dans son chalet du Saguenay, au coeur du parc national.
Mais quand vient un nouvel automne, le fragile équilibre est rompu. Parce que Dan se fait vieux et qu’il est malade. Et parce qu’on a aperçu des loups sur le territoire des chasseurs. Leur présence menaçante réveille de vieilles querelles entre les clans, et la tension monte au village…

Mon avis : Si l’intrigue n’est pas le point fort de ce roman québécois, il mérite vraiment qu’on s’attarde dessus du fait de l’atmosphère envoûtante qui se dégage de ce récit. D’autant plus que les personnages que l’on côtoie sont dépeints avec finesse par Lise Tremblay. Un retour à l’essentiel, à la nature et une belle réflexion sur l’existence qui m’ont séduite.  

note 3

********

71N0WfBJ6QL

Les heures silencieuses – Gaëlle Josse

Résumé : Delft, novembre 1667. Magdalena Van Beyeren se confie à son journal intime. Mariée très jeune, elle a dû renoncer à ses rêves d’aventure sur les bateaux de son père, administrateur de la Compagnie des Indes orientales. Là n’est pas la place d’une femme… L’évocation de son enfance, de sa vie d’épouse et de mère va lui permettre l’aveu d’un lourd secret et de ses désirs interdits. Inspiré par un tableau d’Emmanuel De Witte, ce premier roman lumineux, coup de cœur des lecteurs et de la presse, dessine le beau portrait d’une femme droite et courageuse dans le peu d’espace qui lui est accordé.

Mon avis : Après mon gros coup de cœur l’année dernière pour Une longue impatience, je me devais de poursuivre ma découverte de cette auteure talentueuse. Et je suis vraiment ravie d’avoir récidivé avec ce magnifique portrait de femme qui nous transporte au XVIIème siècle. Un récit qui se lit d’une traite pour un savoureux moment de lecture.

note 4

********

CVT_Les-Freres-K_6549

Les Frères K – D.J. Duncan

Résumé : Vibrante peinture des relations humaines au coeur de l’Amérique des années soixante, Les Frères K nous emporte avec tendresse dans les méandres de la famille Chance. Entre un père aux rêves brisés et une mère obsédée par la religion, entre sirènes de la liberté et fanatisme, les enfants devront choisir leur propre manière d’appréhender un monde en pleine effervescence. Si Everett, l’aîné rebelle, cherche à renverser toute forme d’autorité, Peter, l’intello bohème, tente plutôt de construire ses propres croyances, tandis qu’Irwin, l’innocent géant, suit simplement sa foi. Mais quand viendra le temps des guerres, celle du Vietnam, celle des certitudes et celle, plus intime, entre générations, tous souffriront. Profondément drôle, émouvante et superbement écrite, l’histoire de ces deux décennies d’amour, de colère et de regrets nous entraîne aussi bien dans l’enfer militaire du Vietnam ou dans une Inde rocambolesque digne de Wes Anderson que dans le trou le plus perdu et humide du Canada.

Mon avis : Après une première partie qui souffre de quelques longueurs, j’ai finalement été emportée par les aventures de cette famille américaine que l’on va suivre durant plusieurs années. Un récit dense de 800 pages qui peut impressionner au départ mais qui se révèle être au final une bonne surprise.

note 3

********

61Gde2PkOFL

Grand frère – Mahir Guven

Résumé : Grand frère est chauffeur de VTC. Enfermé onze heures par jour dans sa «carlingue», branché en permanence sur la radio, il rumine sur sa vie et le monde qui s’offre à lui de l’autre côté du pare-brise. Petit frère est parti par idéalisme en Syrie depuis de nombreux mois. Engagé comme infirmier par une organisation humanitaire musulmane, il ne donne plus aucune nouvelle. Ce silence ronge son père et son frère, suspendus à la question restée sans réponse : pourquoi est-il parti ? Un soir, l’interphone sonne. Petit frère est de retour.

Mon avis : J’ai enfin pris le temps de découvrir ce livre dont j’avais entendu beaucoup de bien et qui a été récompensé à juste titre du Goncourt du premier roman. Deux frères qui se livrent à tour de rôle, deux chemins de vie différents. Une langue qui nous heurte en pleine figure, des mots puissants et un récit prenant. Un auteur à suivre avec attention.

note 4

Publicités

13 réflexions sur “Chroniques oubliées #3

  1. coup de cœur aussi pour le roman de Julie Otsuka…
    « les heures silencieuses » sont dans ma PAL (j’ai beaucoup aimé « nos vies désaccordées » et « Une si longue impatience » (critique pas encore écrite!!!)
    c’est une bonne idée tes « chroniques oubliées », cela permet de combler le retard 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Hé j’en ai lu « beaucoup » de ta sélection !
    Grand frère ❤
    L’habitude des bêtes que je suis ravie de t’avoir donné et que tu l’aies apprécié !
    Et puis Les heures silencieuses, même si je ne me souvenais plus de l’intrigue ( je l’ai lu il y a longtemps) m’avait plu. J’avais aussi beaucoup aimé Nos vies désaccordées.

    J’ai encore Certaines n’avaient jamais vu la mer dans ma PAL

    Aimé par 1 personne

Répondre à alexmotamots Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s