Tropique de la violence – Nathacha Appanah et Gaël Henry

DSC_3172

Titre : Tropique de la violence

Auteurs : Nathacha Appanah et Gaël Henry

Date de parution : mars 2019

Editions : Sarbacane

 

Moïse, un bébé aux yeux vairons, a été abandonné à sa naissance par sa mère, une jeune immigrée comorienne qui voit dans sa singularité un signe de malheur. C’est Marie, une infirmière de Mayotte, qui l’adopte et l’élève seule. Plusieurs années plus tard, celle-ci révèle enfin à l’adolescent les circonstances de son adoption. Cette vérité bouleverse le jeune garçon envenimant alors ses relations avec Marie.

Puis, Moïse rencontre Bruce, chef de gang de Gaza, un quartier surnommé ainsi car il concentre toute la misère et la délinquance de Mayotte. Il tombe sous son emprise, faisant basculer la vie de l’adolescent.

DSC_3186

Après voir été conquise par le roman saisissant de Nathacha Appanah, je me suis lancée avec curiosité dans la lecture de cette adaptation.

Et c’est une belle réussite de la part de Gaël Henry qui restitue toute la force du récit originel en images. Il transpose avec habileté la dimension chorale du texte et c’est à travers les points de vue de Marie, Bruce, Moïse et Bosco que nous découvrons le vrai visage de Mayotte, loin du tableau idyllique que l’on pourrait s’en faire.

DSC_3176

Car, ce département français, terre d’accueil d’un grand nombre d’immigrés, est gravement touché par la pauvreté, les trafics en tout genre et la violence. Des plaies vives que l’illustrateur nous dépeint avec talent dans ce roman graphique.

Une excellente adaptation qui nous conte la descente aux enfers d’un adolescent à Mayotte. Une lecture percutante et touchante.

note 4

6 réflexions sur “Tropique de la violence – Nathacha Appanah et Gaël Henry

  1. C’est une mode ou quoi d’adapter un roman en bd? Me vient tout de suite en tête: « Sukkwan Island », « Elle s’appelait Sarah », « Je mourrai pas gibier », « Le Journal d’Anne Frank », « Serena », « Au revoir là-haut », « Ne tirez pas pas sur l’oiseau moqueur », puis ce « Tropique de la violence »… Je vais m’arrêter là!
    N’empêche, c’est toujours tentant lorsqu’on a aimé le roman… Et moi, j’avais adoré le roman de Nathacha Appanah. Donc, ça promet!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s