Fin de partie – Samuel Beckett

IMG_2376 (1)

Titre : Fin de partie

Auteur : Samuel Beckett

Date de première publication : 1957

Les Editions de Minuit

 

Dans une pièce nue aux murs grisâtres, quatre personnages occupent la scène. Au centre, se trouve Hamm, un vieil homme aveugle, qui est cloué dans un fauteuil roulant et tyrannise Clov, en le sifflant sans cesse et lui donnant des ordres à longueur de temps.

L’histoire se déroule sur une seule journée qui semble interminable et les deux protagonistes principaux tournent en rond. Dans un coin, se trouvent deux poubelles dans lesquelles vivent les parents de Hamm. Ils ne sont plus que des déchets, n’ont plus aucune utilité et vivent leurs derniers jours en ressassant leurs souvenirs.

Il n’y a pas d’intrigue à proprement parler. C’est une partie qui se joue sous nos yeux où les répliques fusent des deux côtés. Un dialogue entre Hamm et Clov pour tromper l’ennui et la solitude qui les assaillent. Ne supportant plus les caprices de Hamm, Clov désire partir mais n’y parvient pas car ils ont besoin l’un de l’autre.

Cela fait bien plusieurs années que je n’avais pas lu de théâtre et cette lecture a été parfaite pour me remettre en selle. Cette pièce de Beckett mêle habilement le tragique au comique dans une atmosphère de fin du monde.

L’existences de ces personnages semblent vides et les journées paraissent se répéter inlassablement. Ils n’espèrent plus rien de la vie et la fin semble imminente, libératrice. À travers cette pièce, Samuel Beckett nous propose une vision bien pessimiste de l’humanité avec des protagonistes qui sont tous en pleine décrépitude.

Un excellent huis-clos, une lecture riche qu’il faudra que je relise pour en apprécier pleinement toutes les subtilités.

note 4

105596021_3049847781771862_9101743502758073543_o

Un billet qui signe ma seconde participation au challenge «Les classiques c’est fantastique» organisé par Moka Milla et Mes Pages Versicolores.

11 réflexions sur “Fin de partie – Samuel Beckett

    • Je n’ai pas lu En attendant Godot, c’est de l’absurde aussi? C’était une première entre moi et Beckett, j’en ressors sur une note positive. N’hésite pas à lui laisser une autre chance d’autant plus qu’elle se lit très vite 😉

      J'aime

  1. flyingelectra dit :

    des souvenirs de fac avec En attendant Godot m’ont laissé un souvenir bien tiède.. je passe mon chemin (j’aime le théâtre vivant, le lire m’est moins agréable)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s