Publié dans Non classé, Sorties littéraires

Les parutions BD qui me font de l’œil (septembre 2020)

Petit tour d’horizon des sorties BD qui me tentent pour ce mois de septembre.

Malgré tout – Jordi Lafebre

Sortie : le 25 septembre 2020 (Dargaud)

Résumé : C’est l’histoire d’un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D’un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand cœur qui impose le respect. De l’autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux. Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu’elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres… jusqu’à sa source. Avec Malgré tout, Jordi Lafebre (Les Beaux Étés, La Mondaine, Lydie) nous offre, avec toute la poésie et la tendresse qui le caractérisent, son premier album en tant qu’auteur complet. Un puzzle amoureux complexe, qu’il recompose savamment au travers de scènes distinctes… et pourtant indissociables les unes des autres.

********

Le repas des hyènes – Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag

Sortie : le 2 septembre 2020 (Delcourt)

Résumé : Kubé et Kana sont jumeaux mais Kubé, né le premier, a le privilège d’accompagner leur père au repas des hyènes dont le rire strident peut faire revenir les défunts d’entre les morts. Kana ne se fait pas à l’idée d’être berger et décide d’assister à la cérémonie d’intronisation de son frère. Malheureusement, le garçon perturbe son déroulement et réveille l’esprit maléfique d’un Yéban. Ce démon va passer un marché avec Kana…

********

L’Alcazar – Simon Lamouret

Sortie : le 2 septembre 2020 (Sarbacane)

Résumé : Inde, de nos jours, dans le quartier résidentiel d’une grande ville… Sur le chantier d’un immeuble en construction coexistent une dizaine de personnages venus des quatre coins du pays : Ali, le jeune ingénieur inexpérimenté, Trinna, un contremaître intransigeant, Rafik, Mehboob et Salma, manœuvres provinciaux rêvant de lendemains meilleurs… mais aussi Ganesh et sa bande de Rajasthani, carreleurs hindous aux accents conservateurs qui viennent grossir les rangs de ce chantier supervisé par un jeune et riche promoteur. Ce petit théâtre offre une vue microscopique de l’Inde contemporaine, où se côtoient langues, religions, chefs et larbins dans une précarité toujours portée par un vent tragi-comique. Et, à mesure que l’immeuble s’élève laborieusement, les rêves et ambitions de chacun se heurtent et s’entremêlent dans ce paysage humain et urbain à couper le souffle.

********

Mangez-le si vous voulez – Gelli, d’après le roman de Jean Teulé

Sortie : le 2 septembre 2020 (Delcourt)

Résumé : À l’été 1870, alors que la puissance de l’armée prussienne décide du sort du second Empire, le moral du peuple français est au plus bas. Quand un jeune notable de Dordogne, Alain de Monéys, se rend à la foire d’Hautefaye, il ne sait pas que c’est pour y subir les pires tortures, jusqu’à son meurtre et sa dévoration par une foule rendue hystérique d’avoir cru l’entendre dire : «à bas la France»…

********

Nous aurons toujours 20 ans – Jaime Martin

Sortie : le 4 septembre 2020 (Dupuis)

Résumé : Jaime Martin avait 9 ans le 20 novembre 1975, le jour de la mort de Franco. Alors que sa famille en liesse sabrait le champagne, dans la cuisine, les mots de sa grand-mère résonnent encore aujourd’hui : «Il y a un long chemin à parcourir et un ciel plein d’oiseaux noirs». À travers ce récit autobiographique, l’artiste retrace sa trajectoire dans l’Espagne de l’après dictature en miroir d’une génération portée par l’enthousiasme de la démocratie et sévèrement frappée par la crise économique. Jaime s’en sort grâce au dessin, sa passion depuis l’enfance. Ado, sa carrière d’auteur de BD se décide quand il découvre le rock et Métal Hurlant. L’âge adulte vient ensuite creuser les distances avec son ancienne bande tandis que le système libéral fait des victimes chez ses vieux amis. Après «Jamais je n’aurai 20 ans», sur la jeunesse de ses grands-parents engagés dans la guerre civile espagnole et «Les guerres silencieuses» sur la jeunesse de son père pendant son service militaire dans l’Espagne franquiste, ce témoignage personnel vient clore le cycle de ces chroniques familiales et sociales. Fort de l’histoire des générations qui l’ont précédé, le dessinateur porte son regard lucide et plein d’humanité en invitant à croire en l’avenir et aux rêves toujours possibles.

********

9603 kilomètres – Cyrille Pomès et Stéphane Marchetti

Sortie : le 16 septembre 2020 (Futuropolis)

Résumé : 2014. Province de Khost dans le sud-est de l’Afghanistan. Adil (12 ans) et Shafi (14 ans) essaient de mener une enfance normale malgré les attentats suicides qui ensanglantent régulièrement leur quotidien. La vie d’Adil bascule le jour où son père meurt. Kunzar, son oncle, un fondamentaliste religieux, l’envoie dans une école coranique. Là-bas, Adil apprend le maniement des armes et se prépare à mourir en martyr. Le jour de l’attentat, le détonateur de sa ceinture d’explosifs ne fonctionne pas. Il est dès lors condamné à quitter le pays pour échapper à la mort. Il doit partir avec son cousin Shafi retrouver le frère de ce dernier installé en Angleterre… Pour sa famille, ils auront une chance d’avoir une nouvelle vie, loin de cette folie. Commence alors pour les deux jeunes enfants, un périple de 9 603 kilomètres…

********

La fuite du cerveau – Pierre-Henri Gomont

Sortie : le 18 septembre 2020 (Dargaud)

Résumé : Le 18 avril 1955, Albert Einstein passe de vie à trépas. Pour la science, c’est une perte terrible. Pour Thomas Stolz, médecin chargé de l’autopsie, c’est une chance inouïe. Il subtilise le cerveau du savant afin de l’étudier. S’il perce ses mystères, il connaîtra la gloire… Le problème, c’est que le corps d’Einstein le suit ! Privé de cerveau, Albert continue à bouger, à marcher, à parler. La perspective de comprendre le fonctionnement de ses neurones l’excite au plus haut point. « Formidable ! On va faire ça ensemble, tous les deux ! », dit-il à Stolz. Reste à trouver un laboratoire à l’abri des regards. Ce qui n’a rien d’évident quand on a le FBI aux trousses… Après le succès de Pereira Prétend et de Malaterre, Pierre-Henry Gomont change de registre. Il nous entraîne dans un road movie échevelé et drolatique, inspiré par la véritable destinée du cerveau d’Einstein. Menée tambour battant, cette histoire rocambolesque et burlesque, servie par un dessin épris de liberté, est aussi une réflexion passionnante sur la complexité de l’âme humaine.

********

Jun – Keum Suk Gendry-Kim

Sortie : le 9 septembre 2020 (Delcourt)

Résumé : N’abordez pas la lecture de ce livre en imaginant découvrir la fabuleuse histoire d’un handicapé, musicien de génie, qui a pu surmonter toutes les difficultés auxquelles il était confronté grâce à l’amour inconditionnel de sa famille. Jun et sa famille, comme beaucoup de familles, luttent depuis de nombreuses années contre les préjugés et la discrimination qui règnent au sein de notre société.

********

Les enfants trinquent – Camille K.

Sortie : le 9 septembre 2020 (Albin Michel)

Résumé : Du haut de ses huit ans, Ninon a compris que quelque chose ne va pas avec sa mère. Mais son père lui a demandé de ne rien dire… et puis, les autres adultes ne la croient pas. Pourtant, c’est vrai, la mère de Ninon travaille beaucoup… et surtout, elle boit. Trop ! Ninon a une maman alcoolique. Une mère qui s’énerve, chancelle devant les amis de ses enfants et cache des bouteilles dans leur chambre. Ninon tente de l’aimer malgré tout, de ne pas sombrer dans la colère… Mais quand on voit sa propre mère comme un animal, pas facile de contenir la bête qui gronde en soi.

********

La part du ghetto – Eric Corbeyran et Yann Dégruel

Sortie : le 2 septembre 2020 (Delcourt)

Résumé : Lorsque la grand reporter Manon Quérouil-Bruneel et Malek Dehoune publient chez Fayard La Part du Ghetto, ils font un état des lieux factuel de la vie dans les cités. L’ouvrage est alors encensé par la critique. Eric Corbeyran et Yann Dégruel prennent le parti de l’adapter en BD mais du point de vue de ses habitants. Ils redonnent alors avec succès un visage à ces témoignages sincères.

********

Jujitsuffragettes – Clément Xavier, Lisa Lugrin et Albertine Ralenti

Sortie : le 30 septembre 2020 (Delcourt)

Résumé : Edith Garrud est considérée comme la première formatrice d’autodéfense féministe. Face à la violence subie par les manifestantes, elle va former au jujitsu les gardes du corps d’E. Pankhurst, surnommées «Les Amazones». À coup de clés de bras et de crocs-en-jambes, les suffragettes bousculent les mentalités, bottent les fesses des réactionnaires et démontrent la force du «sexe faible».

********

Chinese Queer – Seven

Sortie : le 2 septembre 2020 (Sarbacane)

Résumé : Qui es-tu, Tian Fushi ? Un artiste incompris de l’industrie du manga, un citoyen dépravé de la Chine pornographique, un jeune gay égaré dans un monde ultraviolent, un garçon perdu de Peter Pan ? Comment vas-tu rassembler les morceaux fragmentés de toi pour découvrir qui tu es vraiment ? Queer : étrange, qui ne rentre pas dans les cases ; c’est assurément le cas de ce roman graphique. Portrait acide d’une jeunesse chinoise en recherche d’amour et de sens, Chinese Queer et une quête identitaire moderne intime et saisissante.

********

Bootblack tome 2 – Mikaël

Sortie : le 11 septembre

Résumé : Allemagne, 1945. Les troupes américaines traquent les derniers soldats ennemis. Dans leurs rangs, un homme n’a pas fait le deuil de son passé. Ancien cireur de chaussures sur les trottoirs de New York, un Bootblack, il est né sous le nom d’Altenberg, mais il préfère qu’on l’appelle Al Chrysler. Pour oublier l’horreur de la guerre, Al se refugie dans ses souvenirs, à l’époque où il n’était qu’un gamin des rues de Manhattan. Avant de s’engager, il a passé dix années en prison. Aujourd’hui, il a 25 ans. La femme de sa vie, Maggie, n’est plus qu’un reflet dans sa mémoire. Tous ses copains sont morts. Tous, sauf un, «Diddle Joe», qu’il revoit sur le front. Leurs retrouvailles seront brutales : Al découvre que «Diddle Joe» les a trahis… L’auteur de Giant signe le second volet d’un diptyque émouvant, qui procède par flashbacks et qui offre une plongée fascinante dans un New York mythique et onirique. Comme le dit Maggie, «Nos rêves nous appartiennent, et personne ne pourra jamais nous les enlever…»

5 commentaires sur « Les parutions BD qui me font de l’œil (septembre 2020) »

  1. « La fuite du cerveau » est assez tentant.
    Merci pour ce joli billet qui donne des idées de lectures niveau BD… ce que je recherche justement car c’est un genre dans lequel j’aimerai davantage lire 😉
    Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

  2. Je veux lire La Fuite de cerveau, parce que j’adore le travail de PHG. Malgré tout est très attendu ici et on vient de prêter Les enfants trinquent à mon tatoué. Donc je vais lui piquer, d’autant que l’autrice est amiénoise, alors je ne vais pas refuser de lire local !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s