Publié dans Coups de cœur, Romans

Chroniques oubliées #9

Nouveau numéro du billet Chroniques oubliées qui me permet d’effectuer un rattrapage succinct sur toutes les lectures que j’ai faites ces dernières semaines et dont je n’ai pas encore eu l’occasion de vous parler.

Les choses humaines – Karine Tuil

Mon avis : Lorsque leur fils se retrouve accusé de viol, tout dérape pour Claire et Jean Farel, un couple de bourgeois parisiens. Par le biais d’une construction habile et sans prendre parti, Karine Tuil bouscule le lecteur qui endosse avec un réalisme saisissant le rôle de juré lors du procès. Et la tâche se révèle ardue. Elle dresse dans ce récit prenant des personnages complexes, finement travaillés. Une lecture percutante et intelligente, qui fait réfléchir.

********

Les lendemains – Mélissa Da Costa

Mon avis : Après mon coup de cœur pour Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa m’a une fois de plus bluffée et chamboulée. Avec une justesse incroyable, l’auteure nous conte l’histoire d’Amande, une jeune femme qui, après avoir vécu le pire, tente de se relever dans une vieille maison en Auvergne. Entre rires et larmes, on suit la lente reconstruction d’Amande, son rapport à la nature qui lui permettra de mettre un pas devant l’autre. A la fois bouleversant et lumineux, ce merveilleux récit m’a transportée le temps de quelques heures. Une chose est sûre, je serai au rendez-vous pour son prochain roman.

********

Dans son silence – Alex Michaelides

Mon avis : Cette lecture a été une très bonne surprise car elle s’est révélée être particulièrement addictive et haletante. Théo, un thérapeute, tente de venir en aide et de faire parler Alicia, une femme accusée du meurtre de son mari et demeurée muette depuis le drame. Le suspense est savamment dosé et je n’ai pas du tout vu venir l’ultime retournement de situation qui m’a totalement scotchée. Un thriller psychologique captivant, à l’intrigue extrêmement bien ficelée.

********

Un bref instant de splendeur – Ocean Vuong

Mon avis : Suite au vif engouement suscité par ce roman, notamment outre-Atlantique, j’ai craqué en librairie pour ce titre de la rentrée. Dans cette lettre adressée à la mère de l’auteur, je ne peux nier la beauté de certains passages, la qualité de sa prose poétique mais je m’attendais à être davantage ébranlée par les émotions. Peut-être est-ce dû à la narration trop décousue mais il m’a manquée quelque chose pour rejoindre l’enthousiasme général.

********

Il est des hommes qui se perdront toujours – Rebecca Lighieri

Mon avis : Rebecca Lighieri est une auteure que j’apprécie tout particulièrement, que ce soit avec ou sans son pseudo, et son nouveau roman m’a encore une fois vivement emballée. Direction les quartiers Nord à Marseille avec l’histoire de ses trois frères et sœur qui grandissent dans la cité, entre les coups d’un père débordant de haine et l’indifférence de leur mère. La romancière dépeint avec talent la misère qui empoisonne leur quotidien, la violence, la drogue et cette enfance estropiée par l’absence d’amour. Une fratrie soudée qui se battra pour se sortir du gouffre et s’offrir un avenir meilleur. C’est sombre, cruel et remarquablement juste. Une lecture forte en émotions.

13 commentaires sur « Chroniques oubliées #9 »

      1. Non, pas lu. Mais il est dans ma PAL, suite à cette lecture.

        Maintenant que je l’ai lu, je suis désolée de ton rendez-vous manqué avec Ocean. Tu n’as pas tort pour le côté décousu. Pour moi, c’est une voix inoubliable. Je sais, je ne mâche pas mes mots!

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s