Publié dans Coups de cœur, Romans

Chroniques oubliées – L’inconnu de la Poste, 1991 et La fille qu’on appelle

6C2DCBB9-9DF4-425F-BF31-821DC8FA5EB0

Nouveau numéro du billet Chroniques oubliées qui me permet d’effectuer un rattrapage succinct sur toutes les lectures que j’ai faites ces dernières semaines et dont je n’ai pas encore eu l’occasion de vous parler.

L-Inconnu-de-la-poste

L’inconnu de la poste – Florence Aubenas

De ce fait divers survenu en 2008 à Montréal-la-Cluse, je ne garde aucun souvenir et grâce au remarquable travail d’investigation de la journaliste, le lecteur découvre tout de ce crime mystérieux dans les moindres détails. Des années d’enquêtes nous sont restituées ici avec rigueur et précision. C’est la première fois que je lis Florence Aubenas et certainement pas la dernière. J’ai été séduite par la finesse de ces observations, son absence de parti-pris ainsi que par la fluidité de la narration. Un texte qui se lit comme un polar. Passionnant.

note 4

********

71k3hhdlc+L

1991 – Franck Thilliez

Ma dernière écoute a été particulièrement addictive avec ce voyage haletant dans le passé. Sharko fait alors ses premiers pas au 36 quai des Orfèvres et deux enquêtes viennent tourmenter ses débuts de flic. L’intrigue est brillamment orchestrée, le narrateur de la version audio de qualité et j’ai replongé avec bonheur dans cette époque où les nouvelles technologies n’en étaient qu’à leurs prémices, rendant alors moins aisé le travail des enquêteurs qui devaient se contenter entre autres d’archives papiers et de cabines téléphoniques. Le suspense m’a tenu en haleine jusqu’aux dernières pages. Un pur régal.

note coup de coeur

********

31TATdRVN4S

La fille qu’on appelle – Tanguy Viel

Après le mémorable Article 353 du code pénal, j’ai pris plaisir à retrouver l’excellente plume de Tanguy Viel avec ce court roman. Dans cette histoire sur l’emprise, la manipulation et l’abus de pouvoir, l’auteur frappe fort encore une fois avec une construction narrative intelligemment menée et des personnages finement aiguisés. Jusqu’au dénouement final, marquant. Un texte incisif très efficace, qui se lit d’une traite.

note 4

6 commentaires sur « Chroniques oubliées – L’inconnu de la Poste, 1991 et La fille qu’on appelle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s